Influence

De Wiki d'exploration de la conscience
Aller à : navigation, rechercher

Influence et psychologie[modifier | modifier le wikicode]

Le tableau de l’influence selon la psychologie dépeint les raisons apparentes qui laissent les individus se faire influencer et les actes qui en découlent.

Tout ce qui va suivre dans cette partie (influence et psychologie) est basé sur les hypothèses de la psychologie.

Définition[modifier | modifier le wikicode]

L’influence est le processus par lequel un individu fait adopter un point de vue à un autre individu.

Pour qu’il y ait influence, il y a un prérequis : l’existence d’une interaction entre les individus ou entités. [1]

Les différents types d'influence, théories expliquant pourquoi il y a influence[modifier | modifier le wikicode]

  • L’influence sociale ou pression sociale est l'influence exercée par un individu ou un groupe d'individus sur chacun de ses membres ayant pour but d'imposer des normes dominantes en matière d'attitude et de comportement.

Il existe, toujours selon la psychologie, plusieurs théories expliquant les raisons pour lesquelles un individu se ferait ou se laisserait influencer.

  • L’influence informationnelle : l’individu n'est pas sûr de son avis et l’autre individu ou groupe a plus d’informations ou est plus convainquant [2]
  • Les normes sociales dépendent de la culture et les comportements qu’elles engendrent sont tellement ancrés dans les mentalités qu’ils en deviennent presque inconscients. [3]
  • L’influence normative : l’individu se conforme aux attentes positives d’un groupe ou d’un individu pour en rester membre et être accepté.

Le conformisme[modifier | modifier le wikicode]

Le conformisme se produit lorsque l’influence de la majorité s’applique sur un individu.

L’individu se pli donc à ce conformisme du fait de son besoin d’approbation et de certitude.

Ce conformisme dépend de la qualité d’information ou de la quantité de personnes qui donne du poids comme nous le montre Ash avec son expérience avec les segments [4].


Il existerait différents types de conformismes : [5]

  • La compliance : l’individu ne souhaiterait pas avoir de différend avec le groupe, il changerait son attitude superficiellement mais pas ses « croyances ». C’est un conformisme « utilitaire »
  • L’identification : l’individu changerait ses « croyances » pour intégrer et être accepté d’un groupe qui l’attire. S’il changeait de groupe il changerait à nouveau ses croyances et comportements en fonction. Tout cela afin de ne pas être rejeté ou sanctionné.
  • L’intériorisation : L’individu indépendamment de tout conformisme social, ou d’un groupe valorisé aurait déjà intégré dans son système de valeurs le contenu évoqué par la source d’influence. Celui-ci modifierait alors ses croyances indépendamment de la source d’influence.

L'obéissance à une autorité supérieure[modifier | modifier le wikicode]

L’Obéissance à une autorité supérieure est également un type d’influence, quel est son mécanisme ?

- Pendant les vingt premières années de vie l'individu intériorise cette soumission à l’autorité, qui est récompensée dans notre éducation et société.


- Un état « agentique » est mis en place de l'éducation à la vie active, c’est le fait de donner sa responsabilité à une autorité supérieure, d’être intégré à la hiérarchie et de perdre son autonomie pour devenir un agent - l’individu n'est plus qu’un instrument de la volonté d’autrui.


- Cet « état agentique » explique pourquoi dans l’expérience de Milgram [6] il n’y a eu que très peu de désobéissance lorsque les sujets avaient pour ordre d’envoyer des chocs électriques au moment où la victime donnait une réponse fausse - d’autant plus fort qu’elle s’éloignait de la réponse. Cette expérience a présentée 62% d’obéissance complète à l’autorité supérieure.


- La désobéissance dans cette expérience était d’autant plus importante que le crédit de l’autorité supérieure était faible et que la victime était proche du sujet ayant pour ordre d’envoyer des chocs électriques.


⇨ La psychologie décrit les acteurs de l’influence et les actes qui découlent de cette influence, sur le plan physique uniquement. Pourquoi un individu veut-il être intégré au groupe ? Pourquoi la masse de personne qui pense différemment de lui le fait changer d'avis ? Quels sont les autres mécanismes qui sou-tendent l'influence ?

Influence et multidimensionnalité[modifier | modifier le wikicode]

Définition et mécanisme [7][8][modifier | modifier le wikicode]

L'influence est un mélange entre un pensene et un autre.

L'influence selon la conscientiologie est liée à une connexion énergétique consciente ou inconsciente entre deux holopensenes.

Lorsque la connexion énergétique est réalisée les holopensenes se mélangent et on arrive à une moyenne qui est fonction de la puissance et de la force de celui-ci.

Nous pouvons donc influencer ou être influencés par :

  • des consciences vivant sur Terre
  • des institutions, des activités, sociétés, pays
  • des objets, des lieux

La connexion énergétique peut être réalisée par affinité de pensenes ou par immersion dans un holopensene (lieu, objet).

Identifier une influence [8] [7][modifier | modifier le wikicode]

Symptomatologie : Perception des holopensènes (sommes des énergies, pensées, émotions émises) des lieux, des consciences, des objets ;

  • Sous forme de pensée : une pensée inhabituelle
  • Sous forme d’évocation de souvenir à travers des images mentales, des pensées, des sons (musique dans la tête)
  • Sous forme de sensations énergétiques par exemple de « bien être » ou de « pression » sur divers centres énergétiques qui peuvent parfois même être perçu au niveau physique.
  • Sous forme d’émotion (colère, peur pour les influences intrusives) ou de sentiment (sérénité, calme pour les influences aidantes) ou d’amplification de ceux-ci.

S’entrainer à être conscient de ces symptômes et des moments où ils apparaissent pourrait nous aider à identifier l’origine de l’influence puis à s’en détacher si besoin par des techniques de défense expliquées plus bas.

Les différents types d'influence [9] [8][modifier | modifier le wikicode]

  • Pas d'influence : neutre, on peut exprimer notre pensene sans problème.
  • Influence aidante :

Un pensene avec un contenu riche en pensées évolutives, en amour, en bienveillance, qui nous laisse notre libre arbitre, ne juge pas, nous apporte un gain de lucidité, de responsabilité, de libre arbitre, de bien-être, de calme, un gain d’énergie, de joie, de sérénité, d'idées nouvelles...

  • Influence intrusive :

Un pensene avec un contenu riche en émotion type jalousie, colère, violence, qui nous apporte une baisse de lucidité, ne tient pas compte de notre libre arbitre, juge, prend parti, peut être ressenti sous forme d’une amplification émotionnelle, d'une perte d’énergie, d'une sensation d’oppression.

Que signifie être influençable ? [8][modifier | modifier le wikicode]

  • Être sensible aux pensenes des consciences de ce plan ou venant d'autres dimensions et aux pensenes des lieux et des objets.

C'est-à-dire les ressentir parfois de façon énergétique et /ou physique, et/ ou sous forme de pensée et/ou d’émotion.

  • Ne pas savoir se défendre énergétiquement contre cette influence potentielle de l’énergie extérieure (pensenes des autres consciences,

lieux, groupes) ce qui peut se traduire par un changement de comportement par exemple.

  • Ne pas avoir conscience du mécanisme mis en place et de l’origine de ces influences. L'information sur la réalité multidimensionnelle est nécessaire pour éviter l'influence.

Comment se défendre si besoin ?[10] [7] [8][modifier | modifier le wikicode]

Pour se défendre, il faut tout d'abord réussir à identifier la présence d'une influence, donc être attentif aux symptômes cités ci-dessus.


  • Apprendre à percevoir ce que l'on ressent quand on absorbe de l'énergie, afin de pouvoir reconnaitre le mouvement énergétique qui se produit, quel centre énergétique est activé...


  • Prendre une cible (arbre, eau, métal, caillou ... ce qu'on veut) puis commencer à absorber et extérioriser de l'énergie avec l'intention de s'y connecter. Être attentif à ce qui se produit pour garder en mémoire la sensation de connexion énergétique. Ceci afin de la reconnaitre au moment où une influence extérieure se produira.


  • Apprendre à percevoir ce que nous ressentons lorsque nous extériorisons de l’énergie - avec l’intention nous envoyons notre énergie, à laquelle nous pouvons ajouter un pensene, vers l’extérieur. Afin de pouvoir sentir lorsqu’une partie de notre énergie s’échappe vers l’extérieur.


  • Avoir une certaine hygiène mentale dans notre vie quotidienne c'est à dire connaitre le cours de nos pensées habituelles et les remettre en question, analyser si elles sont en accord avec nos intentions profondes. Cela nous permettra de voir lorsque nos pensées changent mais également de nous connecter avec ce que l'on souhaite profondément et ne pas créer des connexions énergétiques inconscientes via des pensées inconscientes.


  • Éloigner au maximum nos pensées et nos actions de celles qui ne nous conviennent pas. Éviter au maximum d'alimenter les pensées avec lesquels nous ne sommes pas en accord, notamment en ne nous y accrochant pas (lacher prise) en étant celui qui observe la pensée en question.


  • Ensuite si nous ne sommes pas d'accord avec cette influence, la technique du V.E.L.O pour s'hermétiser de l'énergie extérieure et se déconnecter des éventuelles intrusions, influence extérieure et donc stopper les symptômes de l'influence.

Conclusion[modifier | modifier le wikicode]

Ces deux sciences observent l’influence selon un point de vue différent et permettent d’avoir une vue d’ensemble tant sur l’origine de l’influence qui serait multidimensionnelle et énergétique que sur les actes qui en découlent.

Lorsque nous ne sommes pas conscient de l’origine ou de l’existence d’une influence ni du moyen pour nous en défaire nous sommes vulnérables et comme nous le montre les expériences de psychologie nous devenons l’instrument d’autrui et perdons notre libre arbitre et notre responsabilité.

L’importance d’acquérir de l’information, de l’expérimenter et de se protéger énergétiquement paraît donc cruciale afin de garder son libre arbitre.
  1. Relations humaines, groupes et influence sociale. Jean-Léon Beauvois, Gabriel Mugny, Dominique Oberlé.
  2. Morton Deutsch et Harold Benjamin Gerard, «  », Journal of Abnormal Psychology, American Psychological Association, vol. 51, no 3,‎ novembre 1955, p. 629-636
  3. David G. Myers, , New York, McGraw-Hill College, octobre 1992, 4e éd., 704 p.
  4. Solomon E. Asch, «  », Scientific American, San Francisco, W. H. Freeman & co., vol. 193, no 5,‎ novembre 1955, p. 31-35
  5. Kelman HC. Compliance, identification, and internalization: Three processes of attitude change. Journal of Conflict Resolution. 1958;2 (1) :51-60.
  6. S Milgram (trad. Emy Molinié), , Paris, Calman-Lévy, 1974, 268 p.
  7. 7,0, 7,1 et 7,2 Projectiology. Waldo Vieira
  8. 8,0, 8,1, 8,2, 8,3 et 8,4 Demystifying the out of body experience. Luis Minero
  9. Less incomplete. Sandie Gustus.
  10. Vibrational State. Nanci Trivellato.