Rêve

De Wiki d'exploration de la conscience
Aller à : navigation, rechercher

Définition[modifier | modifier le wikicode]

Le rêve est à priori défini comme un ensemble d’images et de scénarios se présentant à la conscience, cette dernière étant passive et spectatrice. Le rêve n’est pas dépendant du corps humain et peut se manifester avec le psychosoma (i.e il est possible de rêver avec son psychosoma, dans un état de "somnambulisme non-physique").

Différences entre un rêve et un rêve lucide[modifier | modifier le wikicode]

Différences entre un rêve et une sortie hors-du-corps[modifier | modifier le wikicode]

Lucidité.[modifier | modifier le wikicode]

La lucidité, définie comme un assortiment de capacités bien précises : clarté, vitesse de pensée, capacité de réfléchir, de discerner, de prendre des décisions en fonction de l’environnement et des sollicitations ainsi que des éléments présents en mémoire. Un rêveur peut-il se souvenir de son numéro de téléphone, du repas pris la veille, et de l’endroit où il s’est endormi ?

Une personne prise dans un rêve n’est pas lucide. Elle est dans la plupart des cas spectateur passif d’événement parfois incongrus, souvent illogiques et sans séquence temporelle fixe. Un projecteur sera acteur. La lucidité d’un rêve n’excédera jamais la lucidité base physique, le rêve se détruirait automatiquement (c’est par ailleurs une technique de sortie en elle-même). En projection, la lucidité est au moins équivalente, mais elle peut surtout aller bien au-delà et outrepasser nos limites physiques.

Le voyageur se rappelle qu’il existe physiquement, il sait où il dort, ce qu’il fait et pourquoi il le fait. Il agit selon une séquence logique d’événement en fonction de ses intentions et de son jugement. Il est en mesure de planifier des actions. La qualité de ce qu’il vit est immense, ses récits sont le plus souvent riches de détails.

Le corps qu’utilise le projecteur possède un grand nombre de caractéristiques propres, stables, et bien spécifiques. Il est en mesure de s’observer, de s’analyser, de palper et de voir sa corde d’argent et d’en observer les spécificités directement. Il sait que telle action entraînera tel effet, par exemple s’il manipule les énergies de son energosoma.

Un rêveur n’a pas de jugement critique, les situations les plus absurdes sont considérées comme normales. Le rêveur ne sait souvent pas qui il est, ce qu’il fait là, pourquoi il est là et comment il a atterri là. Un projecteur garde toujours son contrôle, sait pourquoi il est là, où son corps dort, qui il est, où il va et surtout, avec une bonne lucidité, la séquence logique et temporelle qui l’a amené là.

Nous ne commençons pas à rêver depuis l’état ordinaire de veille. Dans une projection lucide, la conscience peut être continue, maintenue de l’état de veille vers la projection. La conscience est présente avant, pendant et après. Le projecteur est conscient du déroulement du phénomène.

Si ces éléments étaient les seuls permettant de séparer un rêve d’une sortie, ne pourrait-on pas logiquement penser qu’une sortie hors du corps est un rêve lucide ? Mais les signes propres aux deux phénomènes sont très différents et suivent une chronologie différente également. Avant d’aborder les signes spécifiques suivants concernant la symptomatologie et l’abord physique, notons trois points.

Le premier, qui se base sur l’expérience directe, concerne le mécanisme de début. Le deuxième point, parfois mélangé au premier, concerne la lucidité, dans la mesure où briser un rêve lucide peut amener le sujet à se réveiller hors du corps (c’est d’ailleurs une suite logique d’augmentation de la lucidité dans laquelle le rêve lucide n’est pas l’aboutissement ultime, et une technique per se). Le troisième est plus technique et mérite davantage d’investigations. Dr. Viera, dans son ouvrage « Projectiology » nous amène une piste supplémentaire. Je cite (traduction amateur non officielle) :

« Les expérimentations en laboratoire démontrent, en pratique, avec l’aide d’équipement spécial et de monitoring, que la réalité de la projection lucide est un état modifié de conscience très différent de l’état de rêve. Par exemple, les enregistrements d’electro-oculogramme indiquent que les mouvements bi-oculaires (ndlr: témoin du sommeil paradoxal) rapides diminuent ou s’arrêtent complètement durant la période où la conscience est projetée et indiquent une nette augmentation de ces mêmes mouvements rapides bi-oculaires pendant l’état de rêve ordinaire ou lors de l’état de rêve. »

Ceci corrobore avec certaines études récentes, où le rêve lucide est vu comme du « sommeil paradoxal conscient ».

Il n’est pas non plus étonnant que certaines techniques de rêves lucides (dont celles d’inductions à partir de l’état de veille) amènent aux premiers stades de la sortie hors du corps (en raison de la présence par exemple de la symptomatologie du décollage du psychosoma, ou de l’étirement de l’énergosoma).

Symptomatologie.[modifier | modifier le wikicode]

Le voyageur qui garde sa lucidité depuis l’état de veille expérimente naturellement tout ou partie de la vaste panoplie de signes et de sensations qui accompagnent les différentes phases de la projection. Ces différents signes, retrouvés et décrits systématiquement par les voyageurs, débutants ou confirmés, de tous horizons, pour ne citer que les plus fréquents et les plus évidents, ne se retrouvent pas dans un rêve :

  • Sensations du décollage. Avec son ensemble de signes particuliers et sa temporalité.
  • Sensations du retour au corps physique. Lui aussi avec ses caractéristiques bien spécifiques, et sa temporalité, son déroulement propre.
  • Sons intracraniaux.
  • Etat vibrationnel (voir plus bas).

Toujours en rapport avec l’énergie, notons que le travail énergétique, qui ne se retrouve pas en rêve, est non seulement possible mais plus efficace qu’en état de veille ordinaire en projection (puisque temporairement libérés de l’inertie de fonctionnement du corps biologique). Un des corrollaires ici est que tout travail effectué pendant l’état de veille sera transposable hors du corps et ses bénéfices emportés avec soi.

Interactions avec le monde physique.[modifier | modifier le wikicode]

Le voyageur est en mesure d’observer son corps biologique entrain de dormir, la position qu’il occupe et le reste de l’environnement. S’il dort accompagné, il est en mesure de voir cette personne, la position dans laquelle elle est, ce qu’elle fait.

Un rêveur n’est pas en mesure d’aller voir un lieu physique et de vérifier ses observations à postériori.

Le rêveur n’est en outre pas en mesure de partager ce qu’il voit avec un autre. Une projection peut se partager, et les deux projecteurs parleront de la même scène au retour au corps. En d’autres mots, un rêveur n’a pas de témoins.

Notes & Références[modifier | modifier le wikicode]

Waldo Viera - Projectiology.

Marc Auburn - L'Expérience de la Réalité

Sylvan Muldoon - La projection du corps astral

Pierre - Blog.